Volt LT 2017 : Comment prolonger l’autonomie avec les modes ?

La Chevrolet Volt offre un choix de 4 modes de conduite : normal, sport, montagne et maintien. La question que certains se posent est la suivante : comment les utiliser de manière à prolonger l’autonomie de ma batterie ?

21362309_2060140507336411_1516084812_o

Puisque ma copine et moi effectuons plusieurs allers-retours entre La Sarre et Rouyn-Noranda, nous avons eu la chance de faire quelques tests en lien avec lesdits modes. Je vais tenter de vous démontrer brièvement ce qui s’est avéré être la meilleure logistique dans notre situation.

Voici les étapes de cet aller-retour :

  1. En partant de la maison (Downtown La Sarre), j’ai souvent entre 80 et 85 kilomètres d’autonomie au compteur. J’utilise le mode normal, et ce, jusqu’à la sortie de la ville. Avec les freins regénératifs et en étant sur la position «L» au niveau du levier de vitesse, il est très rare que je perde de l’autonomie lorsque je suis en ville.
  2. Dès ma sortie de La Sarre, je change de mode pour me mettre sur le mode «maintien» (oui, je switch volontairement à l’essence bien que ce ne soit pas mon mode préféré).
  3. Aussitôt entré dans la ville de Rouyn-Noranda, je me remets en mode «normal». Je ne perds pratiquement aucune autonomie jusqu’à l’UQAT (même s’il y a 10 kilomètres qui séparent l’entrée de la ville jusqu’à l’université). Tout au long de mon trajet,  je vois souvent mon autonomie électrique augmentée puisque rouler à l’essence me permet tout de même d’avoir une petite recharge, le moteur agissant à titre de génératrice.
  4. À mon départ de l’université, j’ai encore plus d’autonomie qu’en partant de La Sarre, même après avoir traversé cette dernière + toute la ville de Rouyn, représentant au total +/- 13 km.
  5. Je quitte donc Rouyn-Noranda et je parviens à faire le trajet du retour au complet en mode «normal», soit électrique.
  6. La morale de l’histoire est qu’en utilisant les modes de manières efficaces, je parviens souvent à transformer mon 80-85 kilomètres d’autonomie initiale en 90-92 kilomètres, soit une augmentation possible de 10 à 15 kilomètres.

Évidemment, lorsque l’UQAT installera des bornes de recharge (j’y travaille fort), je serai en mesure de faire presque la totalité de l’aller-retour de manière électrique.

Avec un véhicule hybride rechargeable, il faut tirer profit du fait qu’il arrive que l’on roule à l’essence. Une voiture normale, à essence, aura une consommation réduite sur la route, et plus élevée en ville. Bref, tout le contraire d’un véhicule électrique. Donc, lors d’un long trajet, il est plus payant de maintenir l’autonomie électrique pour la ville, où l’autonomie est constamment regénérée par le freinage et d’utiliser l’essence sur la route, où la consommation est plus faible puisqu’il y a peu d’accélérations.

Petit conseil : lorsque vous circulez en ville, n’hésitez pas à mettre votre levier de vitesse sur la position «L», celle-ci fait en sorte qu’à chaque fois que vous relâchez l’accélérateur, il y aura une décélération très prononcée comme lorsque vous appuyez sur la palette de freinage à gauche derrière le volant. La récupération d’énergie est alors accentuée.

Et voilà, en espérant que cet article pourra vous aider à rouler plus longtemps sans l’aide du pétrole !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s